Retrouvez les réponses aux questions le plus souvent posées par nos consommateurs ou posez directement la votre. Nous nous engageons à vous répondre rapidement.
Que deviennent les capsules recyclées ?
Une fois les capsules collectées, elles sont acheminées au centre de recyclage de Remondis, aux Pays-Bas. Dans ce centre de recyclage des déchets, le marc et l’aluminium sont séparés avant d’être valorisés et réutilisés. Une capsule, c’est 90% de marc de café. Une fois récupérés, le méthane et le CO2 du marc seront transformés en énergie pour alimenter notamment une compagnie de bus, des serres de fleurs, et sa matière organique sera utilisée comme compost et engrais pour la filière agricole. Mais l’aluminium des capsules connaît lui aussi une seconde vie ! Le recycler requiert 20 fois moins d’énergie que sa production primaire (Source : International Aluminium Institute). Après récupération, il est refondu pour fabriquer de nouveaux objets.  En collaboration avec le marque suédoise Velosophy, Nespresso crée Recycle, un vélo conçu à partir de l'aluminium des capsules Nespresso. Dans un autre registre, Nespresso et Caran d’Ache collaborent pour créer en édition limitée un stylo bille iconique réalisé à partir d'aluminium de capsules recyclées. 
L’aluminium de la capsule passe-t-il dans le café ?
Non, le café Nespresso ne contient pas d’aluminium provenant de la capsule. Le café n'est pas en contact direct avec l'aluminium de la capsule car il est protégé par une fine pellicule de laque alimentaire. Le magazine 60 Millions de consommateurs a d'ailleurs démontré qu'il y avait moins d'aluminium dans un café issu d'une capsule Nespresso que dans une tasse de café filtre via une étude réalisée par l'Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) en 2013. Dans tout café, on trouve des traces naturelles de l’aluminium qui est un élément présent dans la terre (c'est le 3e élément le plus répandu sur Terre).
Le café est-il cancérigène ?
Le café n’est pas cancérogène. Une étude du Centre international de Recherche sur le Cancer, l’agence cancer de l’Organisation Mondiale de la Santé, l’a confirmé en 2016. Il est possible de la consulter ici.
Que contient une capsule Nespresso ?

Du café, rien que du café

Chaque capsule contient 100% de café torréfié, moulu en fonction du profil aromatique de chacun de nos cafés, comme indiqué sur les étuis. La seule exception concerne les cafés aromatisés qui contiennent des arômes naturels (vanille, noisette ou chocolat par exemple). La crema obtenue, gage de qualité de nos cafés, est liée à la fraîcheur du café et issue d’un  processus qui s’opère entre l’eau et le CO2 contenu naturellement dans le café, lors de l’extraction par haute pression de la machine. Elle n’est pas issue d’additifs, et ne contient aucune matière grasse ajoutée autre que les lipides contenus naturellement dans le café. Les ingrédients contenus dans nos capsules sont mentionnés, comme la réglementation française le prévoit, sur chacun de nos étuis. Nos cafés sont régulièrement contrôlés par des tiers comme des associations de consommateurs et la DDPP (Direction Départementale de Protection des Populations) qui réalise des contrôles de conformité inopinés environ 4 fois par an.

Le choix de l'aluminium pour préserver les arômes du café

Nespresso a fait le choix de l’aluminium pour sa capsule car c’est le seul matériau capable de conserver la fraîcheur du café en protégeant ses 900 arômes volatils de l’air, de la lumière et de l’humidité, tout en étant 100% recyclable. Le café n'est pas en contact direct avec l'aluminium de la capsule, car il est protégé par une fine pellicule de laque alimentaire à l'intérieur de celle-ci. Ainsi, on ne trouve dans le café Nespresso que des traces naturelles de l’aluminium issu de son terroir, de sa terre d’origine, car l’aluminium est le 3ème élément naturel le plus répandu sur Terre après la silice et l'oxygène.

Les étapes de création d'un café Nespresso

Nespresso ne sélectionne que les cafés de haute qualité durable : du choix du « terroir » à la sélection des variétés de café vert, en passant par les meilleures pratiques agricoles et des contrôles qualité très stricts des pays d’origine à la capsule. Nous estimons que seulement 1 à 2% du café produit dans le monde correspond aux exigences de qualité de Nespresso. C’est à partir de ces cerises de café uniques, soigneusement sélectionnées par Nespresso, que les experts créent les Grands Crus.

1.Terroir

Pour obtenir ces cerises de la plus haute qualité, Nespresso accompagne au quotidien plus de 100 000 caféiculteurs dans 13 pays producteurs  (Brésil, Colombie, Costa Rica, Ethiopie, Guatemala, Inde, Indonésie, Kenya, Mexique, Nicaragua, Pérou, Soudan du Sud, Zimbabwe) pour les aider à cultiver des cafés de la plus haute qualité, tout en préservant l’environnement et en améliorant les conditions de vie de ces petits producteurs et de leur famille.

2.Récolte

Pour aboutir à cette haute qualité, plus de 400 agronomes Nespresso, soutenus par des partenaires comme les ONG Rainforest Alliance ou TechnoServe, délivrent aux fermiers assistance technique, outils et formations sur le terrain. Seules les cerises de café rouges arrivées à maturité sont récoltées. Nespresso achète le café 30% à 40% plus cher que le prix du marché.

3.Dépulping et séchage

Une fois les cerises de café rigoureusement sélectionnées, elles sont dépulpées, c’est- à-dire que l’on extrait la fève de café de la cerise. Ces fèves de café vert sont ensuite triées par infrarouge, colorimétrie, granulométrie, densité, taille pour ne garder que celles de la plus haute qualité pour Nespresso. Vient alors l’étape du séchage, selon trois méthodes que Nespresso choisit méticuleusement car elles impactent le profil aromatique des cafés.

4.Transport

Ces grains de café vert sont acheminés dans les centres de production en Suisse en bateau et en train. Chaque sac (60kg) est contrôlé par les experts Nespresso.

5.Blending/Assemblage

Arrivés en Suisse, les grains sont ensuite assemblés par les experts Nespresso, pour créer des « blends ». Les Grands Crus naissent de l'assemblage de cafés d’origines spécifiques : chacun ayant des caractéristiques uniques (arôme, saveur, corps, etc.), ils sont associés dans des proportions étudiées pour créer une gamme de cafés variés et de haute qualité. Alors que l’Arabica contribue à la finesse, à l’acidité, à la clarté et à l’élégance de la tasse, le Robusta apporte du poids, du corps, de la texture. Nespresso utilise de 90 % à 95 % d’Arabicas, associés à des Robustas gourmets afin de « relever » certains cafés ou créer des personnalités uniques pour d’autres.

6.Torréfaction

Ces « blends » sont ensuite torréfiés par les experts Nespresso. Selon la technique de torréfaction utilisée, un même café peut présenter des résultats tout à fait différents en tasse. Tout l’art de la torréfaction consiste donc à trouver le dosage parfait, en temps et en température, qui conviendra le mieux à l’assemblage de grains verts de café d’origines différentes. C’est pourquoi Nespresso développe pour chaque assemblage un profil de torréfaction unique. La torréfaction peut varier de 6 à 16 minutes, et jusqu’à 240°C. Et pour certains cafés, la torréfaction s’effectue avant le blending.

7.Mouture et mise en capsule

Nespresso veille à ce que la mouture soit mise en capsule, sous atmosphère neutre, sans jamais entrer en contact avec l’air, préservant ainsi sa fraîcheur et les 900 arômes volatils que contiennent les cafés. Pour ses capsules, Nespresso a choisi l’aluminium, seul matériau capable de préserver le café de l’air, de la lumière et de l’humidité, tout en étant 100% recyclable. Grâce à la laque alimentaire utilisée, l’aluminium n’est pas en contact avec le café.
Si je jette mes capsules dans ma poubelle de tri sélectif, seront-elles recyclées ?
Si vous habitez dans une commune dont le centre de tri est équipé, les capsules Nespresso que vous jetez dans votre bac de tri sélectif seront recyclées. Aujourd'hui, près de 25% des Français peuvent le faire - ils seront près de 50% en 2022. Pour vérifier, il suffit de regarder sur la carte des "points de recyclage" de Nespresso. C'est pour que tous les Français puissent trier facilement que Nespresso a co-créé et co-finance depuis 2009 cette nouvelle filière de recyclage de tous les petits emballages métalliques (petites canettes, aérosols, briques, opercules, barquette etc.), en partenariat avec Citeo et le Celaa (Club de l'Emballage Léger en Aluminium et en Acier). L’aluminium qui est récupéré via cette filière est refondu puis réutilisé par d’autres industries pour fabriquer des ordinateurs, des vélos, des voitures par exemple.
Quel est l’impact de la culture du café sur la biodiversité ?
Les plantations de café constituent des milieux naturels importants pour la biodiversité. Mais si les cultivateurs ne respectent pas des méthodes agricoles appropriées, la caféiculture peut la menacer. C’est pourquoi nous nous sommes associés en 2003 à l'ONG Rainforest Alliance, qui a pour mission de protéger la biodiversité, pour construire un programme de formation spécifique à plus de 100 000 producteurs de café partenaires dans le cadre de notre Programme AAA pour une Qualité Durable.
Pourquoi ne pas choisir une capsule biodégradable ?
Tout simplement car l’aluminium est le seul matériau capable de protéger le café de l’air, de l’humidité et de la lumière, tout en étant 100% recyclable. Et les capsules biodégradables (en plastique biodégradable ou végétal biodégradable) ne sont que peu biodégradées ! Pourquoi ? Car la décomposition doit en général s'effectuer dans un composteur industriel (avec des conditions de température, d’humidité et de taux d’oxygène bien particulières). Il faudrait donc pouvoir les collecter et les diriger vers les bonnes filières, ce qui n’est pas encore le cas en France. C’est pourquoi nous avons fait le choix de l’aluminium, qui est un matériau 100% recyclable, et qui peut effectivement être recyclé puisque la filière de recyclage existe.
Les producteurs qui adhèrent au Programme AAA pour une Qualité Durable doivent-ils exclusivement vendre leur production à Nespresso ?
Non, ils ont le choix de vendre leur café à qui ils veulent. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, si nous voulons garantir notre approvisionnement en café de haute qualité, il est essentiel pour nous de développer une relation de longue durée avec ces producteurs et de leur offrir le meilleur prix ! Le fait qu'ils choisissent de vendre leur production à Nespresso illustre les avantages qu’ils trouvent dans le Programme AAA pour une Qualité Durable, notamment en ce qui concerne les prix d'achat plus élevés (Nespresso paie le café 30 à 40% plus cher que le prix du marché, soit un prix supérieur au seuil fixé par le commerce équitable).
Que garantissent les deux certifications des cafés Nespresso ?
Plus de 90% du café Nespresso est issu de fermes certifiées AAA pour une Qualité Durable et +50% de fermes certifiées Rainforest Alliance et/ou Fairtrade. Le programme de sourcing AAA pour une Qualité Durable est né d’une collaboration entre Nespresso, Rainforest Alliance et le Sustainable Agricultural Network. Il vise à assurer un approvisionnement en café de la plus haute qualité, tout en préservant ou restaurant les écosystèmes et en améliorant les conditions de vie des caféiculteurs et de leur famille. Si elle ne se concentre pas sur la qualité, la certification Rainforest Alliance assure elle aussi la protection de l’environnement, de la biodiversité et des conditions de vie et de travail décentes. Elle s’attache également à ce que soit promue l’égalité des sexes et l’accès à l’éducation des enfants des communautés agricoles.
Aidez-vous les caféiculteurs à adopter des pratiques agricoles plus respectueuses de l'environnement ?
Oui, dans le cadre du Programme Nespresso AAA pour une Qualité Durable co-conçu avec  l'ONG Rainforest Alliance dès 2003, nous proposons à plus de 100 000 caféiculteurs des formations aux pratiques agricoles durables via un réseau de plus de 400 agronomes, et une assistance technique sur le terrain. Lors des formations, différents sujets peuvent être abordés : la gestion de l'eau, la conservation des sols, la plantation d'arbres d'ombrage et l'interdiction de la déforestation, la préservation de la faune, la limitation de l'utilisation d'intrants chimiques… Nous investissons également dans de nouvelles infrastructures. Par exemple à Jardín, en Colombie, nous avons construit un centre de traitement des cerises de café pour homogénéiser la qualité du café et réduire l'impact environnemental de sa transformation. Désormais, les eaux usées sont traitées et la pulpe extraite est réutilisée en compost. Grâce à ces techniques plus modernes, les cultivateurs ont aussi doublé le volume produit, augmenté leurs revenus et gagné en temps libre, et donc en qualité de vie.
Combien de capsules Nespresso sont recyclées en France ?
Près de 20% de nos capsules sont recyclées en étant collectées via notre filière de collecte dédiée (dans nos Boutiques, les points relais, les déchetteries, via les coursiers, dans les entreprises…). En plus de ces 20%, un pourcentage de nos capsules est aussi recyclé via le bac de tri sélectif. Déjà 25% de la population française peut déposer les capsules en aluminium dans ces bacs. Mais comme nos capsules sont mélangées avec tous les autres petits emballages en aluminium, nous ne pouvons pas mesurer exactement leur part. Nous n’avons donc pas de chiffre à communiquer à ce sujet.
Comment les producteurs de café Nespresso sont-ils rémunérés ?
Nespresso paie le café 30 à 40% plus cher que le prix du marché, soit un prix supérieur au seuil fixé par le commerce équitable. Cela vient récompenser la haute qualité et la durabilité du café cultivé par plus de 100 000 producteurs de café partenaires de notre Programme AAA pour une Qualité Durable.
Le café en capsule d’aluminium a-t-il une empreinte carbone plus mauvaise que celle du café filtre ?
Non, les études montrent au contraire que les deux ont soit une empreinte carbone similaire, voire meilleure pour la capsule. C’est une idée reçue qui a la vie dure. La capsule utilise la juste dose de café (principale source d’émission de CO2 d'une tasse de café) et nos machines utilisent la juste dose d’eau (40 ml pour un  espresso par exemple) et d’énergie (nos machines grand public s'éteignent automatiquement au bout de 9 minutes d'inactivité maximum) pour préparer un café. Ainsi, il n'y a pas de gaspillage. Au contraire, pour se préparer un café filtre, on utilise souvent plus de café que nécessaire, on fait réchauffer la cafetière à de multiples reprises, et on finit souvent par jeter le café de la veille dans l’évier, gaspillant ainsi de l’eau…Ces déchets sont invisibles, mais bien réels, et contribuent à augmenter l'empreinte carbone de la tasse de café filtre. Les études le montrent (lire l’article de Slate ici) et nous avons publié plusieurs analyses de cycle de vie ici.
Ma machine est cassée. Va-t-elle être recyclée ?
Si elle est réparable, votre machine retourne dans le circuit et débute une nouvelle vie. Sinon, elle est recyclée par Eco-Systèmes.
Pourquoi avoir développé votre propre label AAA ?
Notre programme AAA pour une Qualité Durable est un programme d'amélioration continue, plus qu'un label. Nous l’avons créé en 2003 avec Rainforest Alliance car aucun label existant n’incluait le critère de la qualité du café. Or notre Programme AAA pour une Qualité Durable vise à la fois à pérenniser un approvisionnement en café de haute qualité, mais aussi à protéger l’environnement et à améliorer les conditions de vie des caféiculteurs et de leur famille. Nous regroupons donc plusieurs critères d’autres labels qui portent sur la protection de l’environnement ou le commerce équitable par exemple, et allons plus loin en ajoutant le critère de la qualité du café.
Pourquoi les capsules Nespresso sont-elles faites en aluminium ?
Nous avons choisi l'aluminium pour nos capsules car c'est aujourd'hui le meilleur matériau connu pour préserver les arômes du café à 100% de l'oxygène, de l'humidité et de la lumière sur une longue période tout en étant 100% recyclable. C'est donc un matériau durable, qui peut avoir une seconde vie s'il est recyclé : c'est pourquoi nous avons lancé deux filières de recyclage il y a plus de 10 ans. Résultat : 94% de nos clients ont une solution de collecte à proximité de leur domicile et près de 30% des Français peuvent jeter leurs capsules Nespresso directement dans leur poubelle de recyclage pour qu'elles soient recyclées. Ils seront près de 50% en 2022.
Ma machine Nespresso est en panne. Pouvez-vous la réparer ?
Oui, nous réparons en moyenne plusieurs centaines de machines par jour, des réparations effectuées en grande partie par une entreprise de réinsertion de personnes en situation de handicap depuis plus de 20 ans. Lorsque votre machine tombe en panne, nous venons la récupérer chez vous et vous proposons une machine de prêt durant le temps de la réparation (7 jours maximum). Nous proposons aussi un service de reconditionnement de machines, afin de leur donner une seconde vie. Pour les machines que nous ne pouvons pas réparer, nous les recyclons via Eco-Systèmes. Le SAV de Nespresso représente plus de 200 emplois en France.
Pratiquez-vous l’obsolescence programmée ?
Absolument pas, puisque nous avons créé un circuit d’économie circulaire en réparant ou remettant à neuf nos machines pour leur donner une seconde vie. Ce service de SAV a été créé il y a plus de 20 ans, et représente plus de 200 emplois en France.
Que faire de mes capsules usagées ?
Nespresso vous propose plusieurs solutions pour recycler vos capsules usagées : - vous pouvez les déposer dans l'un de nos 5000 points de collecte : boutiques Nespresso, points relais, déchetteries... - les déposer dans votre entreprise si elle s'est inscrite à notre service de collecte gratuit et dédié aux professionnels - les remettre au coursier qui vous a livré votre commande - Si vous habitez dans l’une des communes concernées par le tri sélectif (vérifiez ici), vous pouvez même les jeter directement dans votre poubelle de recyclage, avec les autres déchets recyclables comme le papier, le carton etc.
Que faites-vous pour limiter l'impact environnemental des machines ?
Nous agissons sur l'ensemble de la chaîne, depuis la fabrication des machines jusqu'à leur fin de vie. En amont, nous favorisons l'utilisation de matériaux recyclés. Nous avons aussi simplifié l’utilisation des machines en ajoutant un mode veille et un système d’extinction automatique au bout de neuf minutes d’inactivité sur toutes nos machines dès 2011. Cela permet de réduire la consommation en électricité des appareils, qui pouvaient rester allumés toute une journée. Les derniers modèles affichent des performances environnementales remarquables : ils consomment 40 % d’énergie en moins que les machines classées « A » selon la méthode de mesure FEA/CECED.
Que faites-vous pour réduire l’impact de la culture du café sur l’environnement ?
Réduire l’empreinte environnementale de nos activités est l’un de nos engagements prioritaires au niveau mondial dans le cadre de notre programme The Positive Cup. Surtout que, si rien n'est fait, la moitié des zones de production de café pourrait disparaitre d'ici 2050 à cause du dérèglement climatique. C'est pourquoi Nespresso forme ses producteurs de café partenaires aux pratiques agricoles durables depuis 2003 : ils sont plus de 100 000 aujourd'hui. Et pour aller plus loin, nous avons choisi de compenser l'empreinte carbone de Nespresso France en plantant +500 000 arbres par an au cœur des fermes de café en Ethiopie, en Colombie et au Guatemala, avec l'entreprise sociale PUR Projet. Cela permet d’assurer un café neutre en carbone, mais aussi d’améliorer la fertilité des sols et la qualité du café (grâce aussi à l'ombrage fourni par les arbres) ; de renforcer la biodiversité avec le retour des oiseaux et des insectes sur la parcelle ; de lutter contre l’érosion des sols ; et de fournir des revenus complémentaires aux caféiculteurs grâce à la vente des fruits et du bois des arbres plantés.
Que deviennent les capsules que je rapporte aux points de collecte Nespresso ?
Une fois collectées, les capsules sont envoyées dans un centre de tri spécialisé où l’aluminium et le marc de café sont séparés. L’aluminium est ensuite revendu à des fondeurs ; puis il est réutilisé pour fabriquer de nouveaux produits, comme des vélos, des ordinateurs ou des voitures. Le marc de café est, quant à lui, valorisé en biogaz et compost : son méthane sert à faire rouler des bus de la ville voisine de Nimègue, son COest injecté dans des serres de fleurs pour booster leur photosynthèse et sa matière organique sert de compost utilisé par les agriculteurs.
Que mettez-vous en place pour améliorer les conditions de travail des producteurs de café ?
Notre Programme Nespresso AAA pour une Qualité Durable, co-conçu avec l’ONG  Rainforest Alliance dès 2003, a pour objectif d'améliorer les conditions de vie des +100 000 producteurs de café partenaires, tout en protégeant l'environnement et en pérennisant l'approvisionnement en café de haute qualité. Par exemple, pour les 100 000 caféiculteurs qui ont rejoint ce programme, Nespresso paie le café 30 à 40% plus cher que le prix du marché (un prix supérieur au seuil fixé par le commerce équitable), apporte un soutien technique leur permettant d'augmenter la qualité de leur production (et donc de vendre leur café plus cher), et apporte un soutien financier pour la construction d'infrastructures comme des centers de traitement du café par exemple. Il faut savoir aussi que tout le café labellisé Fairtrade que nous achetons permet aux coopératives de recevoir une prime de développement, qu'elles utilisent comme elles le souhaitent, en construisant des routes ou des écoles par exemple. Autre exemple : nous avons créé le premier plan d'épargne retraite pour les producteurs de café colombiens, avec Fairtrade, la coopérative des caféiculteurs colombiens et le gouvernement. Il bénéficie aux producteurs de café et incite les enfants à reprendre la ferme de leurs parents. Dernier exemple : nous plantons +500 000 arbres par an dans les fermes de café en Colombie, au Guatemala et en Ethiopie, ce qui permet aux producteurs de café de diversifier leurs revenus puisqu'ils peuvent vendre les fruits ou le bois issus de ces arbres.
Qui a calculé le nombre d’arbres nécessaires à la neutralité carbone de Nespresso France ?
C'est le cabinet spécialiste d'analyse en cycle de vie Quantis qui a calculé l'empreinte carbone d'une tasse de café Nespresso. Sur cette base, l'entreprise sociale PUR Projet, qui opère des projets agroforestiers partout dans le monde, a calculé qu'il fallait planter environ 500 000 arbres par an pour compenser la totalité des émissions résiduelles de CO2 liées aux tasses consommées en France. Concrètement, Quantis a calculé qu'une tasse de 40 ml de café Nespresso émettait 46 grammes de CO2 selon le référentiel français élaboré sous le pilotage de l’ADEME-AFNOR, commun à l’ensemble de la filière café, qui prend en compte tout le cycle de vie du produit. Pour séquestrer une tonne de CO2, il faut planter entre 3 et 10 arbres, en fonction du type d’arbre et de la zone géographique où il est planté. Nespresso France plante 500 000 arbres par an au cœur des fermes de café  en Colombie, au Guatemala, en Ethiopie et en Ouganda, et propose ainsi un café neutre en carbone.
Y a-t-il du furane dans mon café ?
Oui, mais en quantité limitée qui n’est pas dangereuse pour la santé. Tous les produits qui sont cuits (le pain, les viandes grillées, etc.) contiennent du furane. C'est donc aussi le cas de tous les types de café, y compris le café torréfié et moulu, car il se forme lors de la torréfaction, une étape clé dans le processus de transformation puisqu’elle permet de développer le goût et l’arôme spécifique du café. Quel que soit son mode de préparation, la teneur en furane d’un café est faible et sa consommation est considérée comme sûre par toutes les instances de sécurité alimentaire. D’ailleurs, les autorités sanitaires, dont la US Food and Drug Administration (FDA) et l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) n’ont fait aucune recommandation quant au taux maximal à ne pas dépasser dans l’ensemble de la consommation alimentaire. Maurice Leroy, Président de la Fédération française pour les sciences de la chimie, a publié un article intitulé « Ciel, du furane dans mon café! », le 1er juin 2012 dans le Huffington Post et y écrit que « […] pour le furane on admet que la dose maximale admissible est de 2 milligrammes par kg, alors que la consommation de 20 tasses de café préparé à partir de capsules apporterait de 0,03 à 0,038 mg de furane/kg. »