#Café #TRANSFORMATION

Découvrez notre centre communautaire de transformation du café en Colombie

Une initiative de la communauté de la ville de Jardín en Colombie permet aux fermiers de passer plus de temps en famille, tout en faisant de précieuses économies d'eau.

Pendant des générations, les caféiculteurs de Colombie transformaient eux-mêmes leur café. Un processus parfois artisanal et très chronophage. Sans équipement adéquat et si l'on ne respecte pas toutes les étapes, ce processus peut consommer plus d'eau que nécessaire, et les eaux usées peuvent polluer les rivières.

En parallèle, quand on fait tout soi-même, il n'est pas toujours évident de faire preuve de constance. La qualité n'est donc pas toujours au rendez-vous, et du coup certains fermiers n'obtiennent pas toujours les primes que nous versons pour la production de café de qualité supérieure.

Le Centre de transformation du café en Colombie
Grâce à cette nouvelle infrastructure, les fermiers ont doublé le volume de café de qualité supérieure certifié par le Programme AAA pour une Qualité Durable de Nespresso, obtenu des primes plus élevées et progressivement augmenté leur revenu net de 17 %.

Afin de réduire l'impact environnemental de la transformation du café tout en optimisant la constance de la qualité, Nespresso et ses partenaires ont donc construit un nouveau centre de transformation du café destiné à une communauté de fermiers établie de longue date.

Niché au cœur des Andes, le nouveau centre de transformation du café de la ville de Jardín, en Colombie, dispose d'un processus centralisé plus efficace qui profite à près de 200 cultivateurs. Cela leur permet de consacrer jusqu'à quatre heures de moins par jour à la transformation du café. Leurs revenus augmentent également car cette infrastructure assure un traitement plus constant qui assure des grains de meilleure qualité. Ce centre économise environ 60 % de l'eau précédemment utilisée et ne pollue pas. Tout le monde y gagne : les hommes comme l'environnement.

De plus, les meilleures techniques de transformation utilisées dans ce centre communautaire nous permettent de préserver les profils gustatif et aromatique exceptionnels requis pour les cafés Nespresso. Les amateurs de café y gagnent donc aussi.

01 - LIVRAISON
Après la récolte des cerises de café, les fermiers les livrent dans ce centre, une opération gérée par une coopérative.

02 - CONTRÔLE QUALITE 
Un membre de la coopérative prélève un échantillon pour évaluer le nombre de cerises arrivées à maturité. Mûres et pulpeuses, les cerises rouges sont les meilleures.

03 - ACHAT DES CERISES
Les fermiers sont rémunérés en fonction du pourcentage de bonnes cerises rouges présent dans la récolte qu'ils ont livrée. Depuis la création de cette infrastructure, le taux de grains rejetés par Nespresso est passé de 50 % à 0 % car les cultivateurs prennent désormais soin de récolter un maximum de cerises rouges.

04 - DÉPULPAGE
Les cerises passent dans une machine équipée de rouleaux pour retirer leur peau et leur pulpe externe. Autre avantage environnemental, la pulpe est redistribuée aux fermiers pour qu'ils l'utilisent comme compost. Ce processus de production étroitement contrôlé garantit aussi un grain de qualité supérieure.

05 - FERMENTATION
Comme les grains sont encore enrobés d'un "mucilage" (une couche visqueuse), ils sont placés dans de grandes cuves de fermentation entre 12 et 24 heures pour les débarrasser de cette couche, tout en préservant leur délicieux goût fruité. Les cuves sont cylindriques, ce qui facilite leur nettoyage et permet donc de consommer moins d'eau. Les grains sont désormais appelés "café en parche".

06 - SÉCHAGE
Les grains de café sèchent ensuite au soleil dans des patios situés à environ 20 minutes du centre. Les patios sont recouverts d'un toit ; les côtés peuvent être ouverts en journée et refermés le soir quand la température baisse. Il faut compter cinq jours pour que le café en parche sèche au soleil.

07 - NETTOYAGE ET ÉCONOMIES D'EAU
Comme ce centre communautaire traite les eaux usées générées par la transformation des cerises, il ne pollue pas l'eau des rivières. Il permet d'économiser également le chiffre impressionnant de 4,2 millions de litres d'eau par an, puisque les fermiers ne gèrent plus eux-mêmes la transformation de leur café.

D'autres centres communautaires à venir
Nous sommes déjà en train de reproduire ce concept de transformation communautaire du café dans d'autres régions de Colombie, par exemple à Gigante Huila.

500 000

arbres plantés en 2015 dans le cadre du programme d’agroforesterie

25

centres de tri en France bientôt équipés pour trier les petits emballages en aluminium

+25 000

tonnes de capsules recyclées depuis 2009 en France