Vous êtes ici : Accueil > Les gens > Classe Verte

Classe Verte

Pangaea, c'est le nom du nouveau périple de l'aventurier Mike Horn. Son but ? Embarquerdes jeunes gens sur son bateau pourles sensibiliser aux problèmes de l'environnement. Nespresso est partenaire de l'expédition.


Mike Horn, qui incarne une sorte de variante sportive de l’explorate ur classique, s’est aventuré partout l’intrépidité est mise à rude épreuve : dans les Andes en parapente, sur l’Amazone à bord d’un hydro speed, au Pôle nord de nuit et à pied…



Loin d’être rassasié, le chevalier errant, jamais en panne d’idées, a monté un nouveau projet, Pangaea, pour sauver la planète. Sur l’eau, mais avec des incursions sur la terre ferme, il parcourra 100 000 kilomètres en quatre ans.

Dans le cadre de son programme baptisé « EcolaborationTM », en faveur de solutions innovantes pour le respect de l’environnement, Nespresso est devenu partenaire de l’expédition, faisant de Mike Horn l’un de ses ambassadeurs. « Mike est l’un des plus grands aventuriers de notre époque, explique Richard Girardot, Directeur Général de Nestlé Nespresso. Sa vision humaniste et l’utilisation qu’il fait de l’aluminium le désignent comme un partenaire naturel pour Ecolaboration. » L’aluminium, c’est le matériau des capsules mais c’est aussi celui du bateau Pangaea, un 35-mètres outillé à la pointe des technologies durables. C’est enfin le coeur des préoccupations environnementales de la firme suisse, au travers de son programme AluCycleTM. Celui-ci vise à mettre en place un réseau de collecte des capsules usagées, en différents points, dont les boutiques de l’enseigne. Il s’accompagne d’une réflexion avec l’Union internationale pour la conservation de la nature, sur le traitement de l’aluminium. Mike Horn, natif d’Afrique du Sud et plutôt du genre à ruer dans la mêlée, à talonner ses résolutions, quitte à botter quelques coups de pied de recentrage, est au diapason. « On considère souvent que l’aluminium est polluant, regrette-t-il.

Pourtant, il est à la fois résistant et parfaitement recyclable, contrairement aux coques en fibre de carbone. Je peux découper mon bateau, en faire des capsules, puis avec ces capsules refaire un bateau. » Il a même poussé l’engagement jusqu’à construire ce vaisseau high-tech dans un chantier au coeur d’un quartier pauvre de travailleurs, à São Paulo, lequel cumulait un accès à l’océan, une déchetterie d’aluminium et le besoin d’un projet susceptible d’y développer l’emploi. Mieux, « tout le recyclage s’est fait à l’énergie hydroélectrique, au bénéfice d’une empreinte carbone très basse ».



« Je peux découper mon bateau, en faire des capsules, puis avec ces capsules refaire un bateau. »



Mais un beau bateau, respectueux de la planète, ne serait rien sans un projet digne de ce nom. Pour donner corps à Pangaea, des jeunes venus du monde entier sont sélectionnés par un jury sur leur motivation, leur condition physique et leur intérêt pour l’environnement. Ils suivent ensuite un entraînement complet au QG de Château-d’OEx, dans les Préalpes suisses, avec des ateliers audiovisuels (photo et film), des présentations sur le développement durable, l’eau et les défis environnementaux dans les régions visitées. Fin prêts, ils embarquent pour apprendre à évaluer leur impact sur les éléments. « Douze grandes étapes ont été sélectionnées en fonction de leur beauté sauvage, détaille Mike Horn. Je pense qu’il faut garder espoir, car la terre est toujours belle. Nous devons simplement nous amender. Des universitaires interviendront ponctuellement pour enseigner comment préserver la glace, replanter des arbres, travailler sur le blanchissement du corail, la disparition des mangroves, la pollution des rivières. » Le but est de provoquer un effet papillon : les équipages de 15-20 ans qui appareillent pour deux semaines de classe verte doivent faire la preuve qu’ils deviendront une fois de retour chez eux « les ambassadeurs d’un mode de vie durable ». À l’image de leur mentor, un authentique héros, de pied en cap.



« Une fois rentrés chez eux, les équipages deviendront les ambassadeurs d’un mode de vie durable. »


Texte : Paula Zabaglione - Photographie : Jean-Claude Amiel



AAA Farmer Future

Nespresso

AAA Farmer Future

Lire Lire

MIKE HORN EN 10 DATES

1966 : Naissance le 16 juillet en Afrique du Sud.
1990 : Installation en Suisse.
1991 : Première expédition en parapente dans les Andes.
1995 : Recordman du monde du saut de cascade au Costa Rica.
1997 : Descente de l'Amazone en hydrospeed.
1999-2000 : Tour du monde le long de l'équateur.
2002-2004 : Circumnavigation sur le pourtour du cercle polaire arctique.
2006 : Équipée au pôle Nord en nuit permanente.
2008 : Début de l'expédition Pangaea.
2009 : Mike Horn devient un ambassadeur d'EcolaborationTM.

Archives

Tous les Gens Voir Voir

Plus de contenus : Magazine Magazine Voir plus Voir plus

Previous Previous Next Next
© Nestlé Nespresso S.A. 2010 . Nespresso Policy . Terms & Conditions . A notre sujet . Credits . Nespresso Websites
Opsone Fcinq